La Filature

Bosque Ardora

Rocío Molina

mer. 20 janv. 2016 20h00
grande salle
1h30 environ

On imagine les danseuses de flamenco volontiers élancées, anguleuses. Rocío Molina présente plutôt les caractéristiques inverses. Ces traits physiques rejoignent l’esprit baroque de sa danse, courbe et sensuelle. Très sensuelle. Parmi les nouvelles figures du flamenco, Rocío Molina n’a pas froid aux yeux, au moment de désigner la chair pour ce qu’elle est ; non sans affirmer une personnalité féminine des plus farouches (les spectateurs de La Filature l’ont déjà appréciée dans Afectos, en 2014). Une femme. Huit hommes. Dans sa pièce Bosque Ardora, la chorégraphe s’entoure de deux danseurs et six musiciens – dont deux au trombone, contre toute attente en flamenco. Filant la métaphore d’une journée traversée de l’aube au crépuscule, les voies du désir, de la séduction et de la domination seront empruntées pour arpenter cette « forêt brûlante », parfois peuplée de fantastique. Qui seront les proies ? Qui seront les chasseurs ? Rocío Molina s’ingénie à intervertir les rôles. Roulante et suave, mais d’un dessin aussi précis que déterminé, sa danse, d’une inventivité décomplexée, a des fluidités de bras, des audaces de jambe, qui renouvellent la brûlure flamenca en éveillant des tourments de fruit défendu.

www.rociomolina.net