La Filature

Détruire

Marguerite Duras – Jean-Luc Vincent

mer. 24 avril 2019 20h00
jeu. 25 avril 2019 19h00
salle modulable
1h40

D’abord il y a Duras, lunettes d’écailles rectangulaires et jupe courte. Et puis Yann Andréa, avec qui elle s’élance au son de Capri c’est fini dans une valse langoureuse. Ensuite il y a les personnages de son texte Détruire dit-elle que Jean-Luc Vincent adapte et met en scène : Élisabeth, une femme que la mort de son enfant a laissé sur le flanc, fait connaissance de Max, professeur d’histoire de l’avenir, et de Stein, un intellectuel juif allemand. Le trio est rejoint par Alissa, une jeune fille, épouse de Max et amante de Stein. La scène se passe dans une maison de repos. Dans un espace quasi vide, les acteurs échangent quelques balles de tennis. Ils s’observent, s’épient, se parlent de tout et de rien à coups de phrases lapidaires émaillées de silence. Tout n’est que désir de l’un vers l’autre, un désir qui se déplace et révèle au passage la noirceur des âmes. Une drôle d’ambiance s’installe, pas très loin du vaudeville. Duras avait beaucoup d’humour et Jean-Luc Vincent n’en manque pas : il fait d’elle la chef d’orchestre de la représentation, distillant ses remarques avec ce curieux mélange de lyrisme et de sécheresse qui la caractérisait. Anne-Élodie Sorin, qui interprète la romancière, est stupéfiante de ressemblance. Elle mène haut la main le bal de cette comédie au parfum onirique.

www.comediedebethune.org 

www.maisonjauneprod.com