La Filature

Kula – Nach Europa

un projet de Robert Schuster et Julie Paucker

mer. 12 oct. 2016 20h00
jeu. 13 oct. 2016 19h00
salle modulable
2h environ
en français - allemand - afghan surtitré en français
coproduction La Filature
création 2016
théâtre
dès 13 ans

Qu’est-ce qui, en Europe, nous éloigne les uns des autres et nous maintient, malgré tout, toujours unis ? Avec la présence sur scène de comédiens français et allemands, le metteur en scène Robert Schuster étudie la relation à l’autre et le partage d’un même espace européen. L’absence de la troupe afghane Azdar, qui devait initialement participer à ce projet et qui n’a pas obtenu les visas nécessaires, se retrouve au coeur de son spectacle.
À la suite des attentats de Paris et de la montée des manifestations islamophobes en Allemagne, Robert Schuster, qui dirige également la Ernst Busch Schule de Berlin, a  proposé à plusieurs théâtres des deux côtés du Rhin de questionner les valeurs européennes. Comment nos diversités pourraient-elles s’enrichir de l’arrivée de nouveaux réfugiés ?
Kula – le nom du spectacle – vient d’un système symbolique d’échanges de biens prestigieux pratiqué entre des tribus en Nouvelle-Guinée qui ne parlent pas la même langue et n’ont pas la même culture. Un échange qui établit une alliance politique entre donneur et receveur, créant ainsi une véritable relation d’hospitalité, un message de paix et de compréhension. Que pourrait être cet échange à l’échelle de l’Europe ? La question que ce théâtre festif et généreux soulève est avant tout celle de la relation à l’autre et du partage d’un même espace européen.
Pour ce projet transnational, Robert Schuster souhaitait réunir des comédiens français et allemands, ainsi que des interprètes issus d’un pays non européen et dans une situation politique compliquée ou dangereuse comme l’Afghanistan. Mais malgré des mois d’efforts conjugués des différents porteurs de ce projet, les membres de la compagnie afghane AZDAR Theatre n’ont pu obtenir de visa pour l’Allemagne. La pièce a donc dû s’adapter et est devenue, d’autant plus, un projet sur « l’état d’âme » de l’Europe. L’absence du groupe en est désormais le sujet central. Seul Ahmad Nasir Formuli, directeur de cette compagnie et vivant momentanément en Allemagne, fait partie de cette
aventure artistique.

voir un reportage TV