Théâtre - Scène nationale
Dans la solitude des champs de coton
Bernard-Marie Koltès · Maya Bösch

Dans la solitude des champs de coton est une pièce d’une beauté et d’une radicalité absolues. Un flux de paroles envoûtant à deux voix qui a marqué la scène française dès sa création. Au creux des ténèbres, loin de tout, le dealer et le client s’affrontent dans une joute verbale suspendue dans le temps et l’espace.

Deux personnages s’échangent des mots, sans aucune offre ni demande, sauf le désir de vendre et de consommer, d’être vivant, ici et maintenant. La langue de Koltès est comme un paysage qui se déploie sous nos yeux. Crépusculaire, signe de la fin d’une époque… Les mots résonnent jusqu’à ce qu’ils nous enveloppent, pénètrent, suffoquent, transcendent – comme une nuit. À cette heure et dans ce lieu, se déroule un match de boxe, une discussion philosophique, un échange poétique et existentiel. Le théâtre devient un ring, traversé de voix intérieures, de pulsations, de désirs, de cruauté et de beauté. La metteuse en scène brouille les perceptions, pour que le public puisse errer seul dans les méandres de l’enfer humain, à l’abri du jugement des autres, et très proche de ses vérités intimes. Maya Bösch crée un arrêt sur image qui fait plonger chacun·e dans une solitude vertigineuse, face à l’autre, l’humain ou l’animal. Les deux acteurs, magnétiques, sont parleurs, chanteurs, slameurs, ils scandent les cadences et les rythmes propres à cette œuvre magistrale.

mardi
15 oct. — 20h00
mercredi
16 oct. — 20h00
jeudi
17 oct. — 19h00
booking logo

ACHETEZ VOS PLACES

Infos pratiques

salle modulable · 1h10 environ · dès 16 ans

Voir aussi

Distribution

texte Bernard-Marie Koltès mise en scène Maya Bösch avec Laurent Sauvage, Fred Jacot-Guillarmod collaboration dramaturgique Michèle Pralong, Youness Anzane assistanat mise en scène Camille Charlotte Roduit scénographie Sylvie Kleiber, Lucie Gautrain création lumière Luis Henkes régie lumière Victor Roy son Maïa Blondeau costumes Gwendoline Bouget coiffures, maquillage Katrine Zingg.


Production POCHE GVE ; LA BÂTIE-Festival de Genève. Coproduction Compagnie sturmfrei. Texte publié aux Éditions de Minuit 


Photos © Gilles Vidal, Laura Spozio