La Filature

Société en chantier

cycle de rencontres

Filature, Scène nationale
mer. 14 déc. 2022 18h30
mer. 22 mars 2023 18h00
salle Jean Besse

Pour donner de l’étoffe et de la résonance aux spectacles et aux expositions accueillis à La Filature, mais aussi faire dialoguer savoirs d’experts et savoirs d’usage, le cycle de rencontres « Société en chantier » entend donner la parole aux artistes, aux chercheurs, aux militants associatifs, aux citoyens. Ensemble, ils interrogent le fonctionnement de nos démocraties, leur complexité, la diversité des points de vue et les implications des individus dans une société où les enjeux semblent parfois les dépasser.

Cycle proposé en partenariat avec la Librairie 47° Nord et le Service Universitaire de l’Action Culturelle de l’UHA


2 rencontres en entrée libre


Se soustraire au monde aliénant me. 22 mars 18h 
en écho au spectacle Les Furtifs (Festival Vagamondes) en présence de l’équipe artistique du spectacle et d’Aube Richebourg (doctorante en sociologie à l’EHESS, Attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université de Haute Alsace)

Fuir Un Réseau Trop IntrusiF ? C’est la question au centre du roman d’Alain Damasio, adapté au plateau par la Compagnie Roland furieux – Laëtitia Pitz & Xavier Charles. Comment se soustraire à notre société de contrôle et s’affranchir d’un monde technologique asservissant ? En se logeant là où l’on échappe au regard et en ne laissant aucune trace sur son passage, à la manière des Furtifs, ces êtres vivants d’un autre genre qui ont la capacité de circuler dans les angles morts de nos quotidiens. Et si la furtivité nous permettait de renouer avec notre relation au vivant et de retrouver une forme de liberté ?


Résistances et révolutions joyeuses me.14 déc. 18h30
autour du spectacle Des châteaux qui brûlent en présence d’Arno Bertina (auteur), Anne-Laure Liégeois (metteuse en scène) et Renaud Meltz (professeur d’histoire contemporaine à l’UHA, membre Senior de l’Institut Universitaire de France)

Dans son livre Des châteaux qui brûlent dont Anne-Laure Liégeois propose l’adaptation au plateau, Arno Bertina imagine la séquestration d’un secrétaire d’État par des salariés d’un abattoir placé en liquidation judiciaire. Le huis-clos devient alors un espace de débats houleux entre les salariés malmenés et le politicien aux convictions de gauche. Les paroles singulières insoupçonnées de toutes les forces en présence se libèrent et font naître une lutte collective, révoltée et joyeuse. Comment inventer une relation de travail vertueuse au sein d’une entreprise, en contrepoint des logiques capitalistes ? Comment se nourrissent l’énergie et la force d’un groupe face aux mécanismes du libéralisme actuel ? Comment lutter contre les violences symboliques dans le travail et œuvrer à des projets coopératifs ?